Garantir l'égalité F/H dans la constitution 20 déc. 2017

 

 

GARANTIR L’EGALITE FEMMES-HOMMES DANS LA CONSTITUTION

Signez l’appel du 18 décembre

 

Mobilisation de dizaines d’associations et personnalités aux sensibilités politiques de tous bords

exerçant dans la culture, la recherche, les associations, les entreprises ou la politique.

 

Paris le 18 décembre 2017 - La Constitution, en son article premier, énonce que la loi « favorise » l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives, ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.

Favorise ? Cette formulation prudente n’est pas suffisante et laisse de nombreuses pratiques inégalitaires subsister dans les sphères de la vie sociale, politique et économique.

Malgré des avancées, l'égalité effective entre les femmes et les hommes reste à réaliser :

-          les femmes comptent seulement pour 16% des maires et 15 % des dirigeantes économiques, 

-          à compétences égales, elles sont payées en moyenne 19% de moins que les hommes, 

-          80% d’entre elles sont régulièrement confrontées à des attitudes et des décisions sexistes.

 

L’appel du 18 décembre, porté par le Laboratoire de l’égalité, demande une modification de la Constitution pour y inscrire le principe irrévocable d’égalité devant la loi sans distinction de sexe.

 

Il suffirait de modifier trois mots dans l’article premier pour que les droits des femmes soient établis sur un socle indiscutable :

La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens et les citoyennes sans distinction d’origine, de sexe de race, ou de religion. La loi favorise garantit l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives ainsi qu’aux responsabilités professionnelles et sociales.

 

Cette garantie ouvrirait de nouveaux horizons aux femmes et aussi aux hommes.

Une telle égalité, si elle devenait enfin réelle, essaimerait bien au-delà du monde du travail, des sphères politiques ou syndicales.

Elle impacterait positivement tous les domaines touchés par les inégalités de sexe : l’éducation, l’orientation scolaire, le sport, les sciences, la culture, les médias, la santé, le partage des tâches domestiques et familiales, la communication, le temps partiel, le chômage, la précarité, les entreprises, le numérique, la fonction publique…

Elle constituerait un antidote puissant aux violences dont les femmes sont encore trop souvent victimes, dans l’invisibilité.

 

Ces aménagements simples clarifieraient le texte fondateur de la République française et engageraient ses dirigeants et dirigeantes et la société toute entière.

 

Signez l’appel du 18 décembre

sur change.org 

http://chn.ge/2kIvKdc

 

Relayez l’appel et relayez sa vidéo

https://youtu.be/S-LQDK709Os