Education et orientation professionnelle 5 juin 2015

culture ws3 UNESCO 2014.jpg

Education et orientation professionnelle

 

Marie-Claude Machon-Honoré, déléguée titulaire pour BPW International auprès de l’UNESCO,

« L’éducation : Un engagement mondial et une priorité globale »

L’éducation est reconnue comme un droit pour tous, depuis la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948.

La Convention sur l’Elimination de toutes les formes de Discrimination à l’égard des Femmes (CEDAW/CEDEF, article 10,1979) vise à établir l’égalité des droits dans l’éducation et notamment l’orientation professionnelle entre les sexes.

Le mouvement mondial en faveur de l’éducation pour tous, né en Thaïlande en 1990, a réaffirmé le droit à l’éducation et établi 6 objectifs pour répondre aux besoins d’apprentissage de tous les enfants, jeunes et adultes avant 2015. La campagne mondiale pour l’éducation, née alors de la société civile, s’est fixée pour objectif d’éliminer les inégalités entre les sexes dans l’enseignement primaire et secondaire pour 2005 et d’atteindre l’égalité entre filles et garçons dans l’éducation d’ici à 2015.

Le forum mondial de Dakar en 2000 a été le premier évènement majeur en matière d’ éducation et a adopté un cadre d’action auquel la société civile a contribué.

La déclaration du Millénaire a fixé comme 2éme objectif, l’éducation primaire universelle et comme objectif n° 3, l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes pour 2015.

L’éducation pour tous est une priorité pour l’UNESCO (devenu le chef de file et coordinateur de l’EPT, en 2000), au même titre que l’égalité des genres (Plan d’Action pour l’égalité des genres ; GEAP I- GEAP II). Le programme de l’UNESCO a pour objectif de réduire les inégalités persistantes entre les sexes à travers tout le système éducatif. C’est en 2011 que l’UNESCO a lancé le partenariat mondial pour l’éducation des filles et des femmes.

Malgré tous les engagements et les partenariats, l’éducation pour tous reste un objectif inachevé. Même si on constate de réels progrès dans l’alphabétisation, le primaire, l’accès des filles à l’éducation dans le secondaire et le supérieur, les résultats sont mitigés et même parfois en recul dans certaines régions (64% des femmes sont illettrées dans le monde ; 35 millions de filles sont déscolarisées de l’école primaire et 37 millions de l’école secondaire); les filles restent aussi les laissez pour compte d’une éducation de qualité, et les choix des filières restent très sexués.

En matière de filières professionnelles, les filles sont surreprésentées dans les secteurs de service et de santé mais quasiment absentes des secteurs techniques et d’ingénierie, même dans les sociétés dites avancées. Quatorze pour cent des chercheurs sont des femmes dans le monde et seulement 8% des pays dans le monde, ont plus d’étudiantes que d’étudiants à obtenir un doctorat dans les sciences.

Aucun pays n’a atteint l’égalité et le niveau d’études des femmes ne se répercute pas dans leur niveau professionnel pas plus que dans leur salaire. Même si elles représentent 41% des étudiants au niveau de l’Union Européenne (32,6% pour les hommes), comme partout ailleurs, les femmes sont sous-représentées dans les instances dirigeantes (4% des administrateurs et 20% des universitaires au plus haut niveau de la hiérarchie); au niveau mondial, les décisions financières prises au plus haut niveau restent l’apanage des hommes à 100%.

La solution pour une société durable et équitable viendra de la volonté de toutes les parties prenantes d’une vision partagée pour l’éducation pour tous de qualité et l’inclusion des femmes dans les sciences, les nouvelles technologies et le développement durable. C’est dans ce sens que l’UNESCO a lancé en 2015 un nouveau programme, dans le cadre du partenariat de 2011, « l’autonomisation des jeunes femmes et des adolescentes par l éducation », avec ONU Femmes, l’UNFPA et la Banque mondiale.

« Assurer une éducation équitable, inclusive et de qualité et un apprentissage tout au long de la vie pour tous, d’ici à 2030 » est l’objectif primordial proposé pour l’éducation dans l’agenda pour le développement de l’après 2015 (Accord de Mascate ; réunion mondiale EPT de 2014, organisée par l’UNESCO au sultanat d’Oman).

Contact : marieclaude.machon@bpw.fr