10
juil
2012

L'égalité hommes femmes au coeur du programme de la conférence sociale

Visuel d'illustration

Les thèmes de travail de BPW sont en parfaite adéquation avec les différentes propositions relatives à l'égalité femmes hommes, faites par Madame la Ministre Najat Vallaud Belkacem à l'occasion de la conférence sociale des 9 et 10 juillet 2012. L'égalité salariale, l'accès aux fonctions de direction, l'articulation des temps de vie, la lutte contre les stéréotypes sont des sujets sur lesquels BPW apportera sa contribution et sera force de proposition auprès du Ministère des Droits des Femmes ainsi qu'auprès des partenaires sociaux.

COMMUNIQUE du Ministère des Droits des Femmes envoyé par Caroline de Haas le 10 juillet 2012 suite à la conférence sociale .

Les droits des femmes sont un enjeu qui traverse l'ensemble des problématiques sociales abordées au cours de ces deux journées. L'égalité professionnelle a fait l'objet d'une table ronde spécifique, animée par Najat Vallaud Belkacem, ministre des Droits des Femmes. Un dossier documentaire complet préparé à cette occasion est disponible. Lors des débats, les partenaires sociaux et le gouvernement ont avancé sur plusieurs propositions visant à réaliser l'égalité effective dans le monde du travail.

 

Le Gouvernement et les partenaires sociaux ont défini ensemble les conditions d'un engagement tripartite pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes. La loi sur l'égalité professionnelle n'est aujourd'hui pas appliquée. Notre volonté est donc de revoir le décret d'application de l'article 99 de la loi de 2010 afin de rendre effectives les sanctions et de mobiliser Etat et partenaires sociaux autour d'un même objectif. Le Gouvernement adaptera le dispositif d'application de l'article 99 de la loi du 9 novembre 2010 après consultation des partenaires sociaux dans le cadre du Conseil supérieur de l'égalité professionnelle (CSEP). Des plans d'actions seront mis en place, avec des expérimentations ambitieuses  en commun dans plusieurs  domaines, en matière de sensibilisation, d'information, de formation, d'accompagnement et de contrôle des entreprises comme de mixité des métiers. L'objectif est notamment de renforcer les recrutements féminins dans les branches métallurgie et informatique.

 

La question du temps partiel sera au cœur de la négociation sur la qualité de vie au travail et l'égalité professionnelle. Le temps partiel contraint est un des éléments structurant des inégalités entre les femmes et les hommes au travail, qui concerne de nombreuses femmes salariées. A la rentrée, les partenaires sociaux se retrouveront afin d'ouvrir des négociations, qui devront aboutir au premier trimestre 2013 avec pour objectif de faire reculer le temps partiel contraint et donc la précarité des femmes. Le secteur de la propreté, particulièrement concerné par ce chantier, pourrait être associé.

 

L'articulation des temps de vie doit permettre une meilleure répartition des tâches domestiques, qui reposent aujourd'hui en immense majorité sur les femmes. Cela passera par des discussions autour d'une possible réforme du congé parental.

 

L'égalité professionnelle passera aussi par la remise en cause de la ségrégation sexuée qui s'exerce à plein dans de nombreuses branches professionnelles. En s'appuyant sur les expériences étrangères, notamment l'expérience québécoise, nous devrons réfléchir aux moyens de revaloriser les métiers à prédominance féminine afin à la fois de lutter contre la précarité des femmes et d'augmenter la mixité de ces métiers. Un groupe de travail sera constitué avec les partenaires sociaux d'une ou plusieurs branches professionnelles pour prolonger les travaux engagés par le groupe de travail du Défenseur des Droits. Nous travaillons déjà avec plusieurs chercheures investies sur ce sujet, parmi lesquelles Rachel Silvera et Séverine Lemière.

 

Sur proposition de l'Etat, une stratégie intégrée pour la lutte contre les stéréotypes de genre sera élaborée. La place des femmes dans l'entreprise sera aussi un thème de travail de cette négociation (place des femmes dans les comités de direction et les comités exécutifs)